jeudi 16 novembre 2017

Berdaguer & Péjus "SINE MATERIA" au Narcisso, Nice


EXPOSITION AU NARCISSIO

du  10 novembre 2017 au 10 février 2018



L’exposition se présente sous la forme d’une installation globale, reproduisant le contexte-même de l’hystérie, plongeant le spectateur au coeur de cette névrose. Des sculptures, échelles réduites de la forme distordue de ces corps en souffrance, un son et un jeu sur la lumière permettront une immersion totale dans ce processus de destructuration mentale.

Thèmes chers aux artistes qui s’y sont intéressés dans nombre de leurs oeuvres, les pathologies mentales, dysfonctionnements neurologiques ou psychiques sont à nouveau traités par Berdaguer & Péjus dans la nouvelle exposition que leur consacre le Narcissio.

Avec Sine Materia, il s’agit plus spécifiquement d’une entrée dans l’hystérie, où la production d’abstractions visuelles et sonore donne matérialité aux affects. L’exposition se veut un environnement total, un espace visuel avec sculptures (véritables mémoires sculpturales d’épisodes de crises), un « espace hystérique ».

Les recherches cliniques sur l’hystérie ont connu leur point d’orgue à la fin du 19e siècle, grâce notamment à Jean-Martin Charcot qui analyse en quatre phases le processus de la crise. Introduisant différentes techniques pour tenter d’en expliciter le processus (la photographie, l’hypnose, la présentation de malades), c’est à partir d’une recherche documentaire, comprenant aussi les dessins de Paul Richer, que les artistes, par l’utilisation de techniques
de pointe (processus de frittage de poudre) tentent de réaliser une mise en images d’états, d’affects sans forme initialement préconçue. Leurs recherches portent sur la décomposition des mouvements
du corps en proie à la crise. Le mouvement de la crise est pétrifié dans une forme « d’hystérisation » du processus sculptural. Ce process artistique, courant dans le travail de Berdaguer & Péjus,
se déroule à l’occasion de cette exposition au Narcissio pour une immersion totale dans un processus de destructuration mentale...
18 secondes de menace, 10 secondes d'appel, 14 de lubricité, 24 d'extase... etc

Cette exposition bénéficie de l’aide à la production de la Région Provence-Alpes-
Côte d’Azur dans le cadre du CAC (Conseil d’aide à la Création en arts visuels).




LE NARCISSIO
16 rue Parmentier 06100 NICE - T 04 93 81 84 30 - www.le-narcissio.fr
Ouvert du mercredi au samedi de 14h à 18h pendant l‘exposition et sur rendez-vous. Entrée libre.
Fermeture du 25 décembre au 2 janvier 2018.
Direction : Florence Forterre - 06 30 20 47 24 - info@de-lart.org

Alaleh Alamir à la Chapelle Sancta Maria de Olivo, Beaulieu


Rencontre-Échange / Artist Talk : 7 Déc. 2017 à 17:00
Exposition :  22 Nov. - 15 Déc. 2017
tous les jours / open daily :  13:00 - 18:00


Chapelle Sancta Maria de Olivo
24 Boulevard du Maréchal Leclerc
06310 Beaulieu-sur-Mer




A l’heure où on entend parler que de calamités catastrophiques, Alaleh Alamir s’emploie depuis longtemps à construire son “Arche des Hespérides”. En vue de son exposition «Éloquence des Particules» elle investira la Chapelle Sancta Maria de Olivo à Beaulieu-sur-Mer avec une sélection d’éléments tirés de son 'Arche' qu’elle présentera sous forme d’installations.

At a time when we only hear of catastrophic calamities, Alaleh Alamir has long been constructing her "Ark of the Hesperides".
In view of her exhibition « Eloquence of Particles" she will take over the Chapelle Sancta Maria de Olivo in Beaulieu-sur-Mer with selected elements from her 'Ark' which she will present in the form of installations.





Alaleh Alamir
www.alalehalamir.com
www.instagram.com/alaleh.alamir
contact@alalehalamir.com

 

Marion Tivital à la galerie GNG, Paris


Exposition : 5 décembre au 13 janvier 2018



MARION TIVITAL
 
Dans sa création enchantée, dans les paysages d’une modernité habitable, Marion Tivital fait respirer l’indicible étendue. A coups de fabuleux vertiges d’espace. A coups retenus de formes adoucies, et de chromatique assourdie et délicate. A coups de mystères latents et d’insaisissables surgissements. On voit au loin, au bord des brumes et de l’horizon, des blocs d’architecture industrielle, déserts et désertés. Rien ne se passe plus. Tout est passé au-dedans. Tous les dehors aigus du monde ont disparu. Profondeur enfoncée dans la profondeur.... L’univers subtil de Marion Tivital prend sa source dans les envoûtements souterrains du dedans, et dans l’ivresse éternisée de l’immobilité.

(extrait) Christian Noorbergen


“Paysage “ 100x100cm

“Paysage 169” 73x100cm

“Paysage 172” 40x60cm


GNG Galerie
3, rue Visconti, 75006, Paris

http://www.galeriegng.com

mardi 14 novembre 2017

Conférence ARTibes "Esthétisme du cinéma populaire indien"



Le jeudi 23 novembre à 18h 30, 
Salle des Associations, cours Masséna à Antibes,
 
par Véronique Champollion


Jean Gilletta et la Côte d’Azur, paysages et reportages, 1870-1930 au Musée Massena



Vernissage :  Jeudi 16 novembre 2017 à 19 heures

En présence de Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur & Janine Gilletta, Adjointe au Maire de Nice déléguée à la Rationalisation du patrimoine communal, Petite-nièce de Jean Gilletta

Exposition :  17 novembre 2017 – 5 mars 2018




Jean Gilletta, c'est tout d'abord un homme, le plus connu des photographes paysagistes du Sud-Est de la France. C'est aussi une entreprise d'édition photographique créée en 1881 par Jean Gilletta, connue sous le nom de « Giletta frères éditeur ». Elle existe toujours et compte parmi les plus anciennes maisons françaises d'édition.

Au fil du temps, Jean Gilletta est devenu, pour ainsi dire, une « marque » du paysage de la Riviera, qu'il soit artistique, patrimonial, touristique ou commercial.

À mi-chemin entre l'artiste itinérant du Grand Tour, le randonneur à la découverte des montagnes et le « routard » parcourant les routes, toutes les routes, Jean Gilletta a passé sa vie dans le paysage. Il en a laissé des milliers de clichés, réalisant avant notre siècle un google earth régional et photographique.

Soucieux d'offrir à ses images la plus vaste diffusion possible, Jean Gilletta ne s'est pas limité au tirage traditionnel de ses clichés, il a opté pour le support de la carte postale dès sa mise au point. C'est la carte postale qui a rendu célèbre le nom Gilletta de par le monde, ainsi que la reproduction de ses clichés dans les publications touristiques.

Au travers de cinq thématiques principales – Nice, capitale de la villégiature – Nissa la Bella – Par monts et par vaux – Sous l'azur le long de la côte – L'actualité en images – cette exposition montre la richesse et l'évolution des sujets représentés, la variété des angles choisis, la tonalité grave ou humoristique donnée à plusieurs clichés.

La période considérée commence à la fin du Second Empire et s'achève peu avant la Deuxième Guerre mondiale. Ainsi, sont incluses les photographies réalisées lors des années d'apprentissage de Jean Gilletta avec W. de Bray et celles prises par son neveu, Louis Gilletta qui lui succède à la tête de l'entreprise en 1926.

La couverture géographique des photographies présentes dans l'exposition concerne Nice et la Côte d'Azur, mais aussi les vallées des Alpes-Maritimes, la Ligurie, la Provence, la Savoie.

La plongée dans le temps inhérente à toute rétrospective d'une œuvre s'accompagne ici d'une réinterprétation contemporaine de certaines photographies par l'agrandissement, la colorisation, la reproduction numérique sur des supports actuels. Ces mouvements d'allers et retours entre les sujets anciens et les techniques modernes, Jean Gilletta et sa famille n'ont cessé d'en faire. Cette exposition s'inscrit dans la même démarche.

Mettre à la disposition de tous les images accumulées au cours des années, faire partager l'émotion, la grandeur, la beauté ou la simplicité d'un paysage ont été la raison de vivre, la passion du voir chez Jean Gilletta. Sur l’exemple de ce patrimoine imagé qu'il nous a laissé, cette exposition permet de renouveler sa démarche généreuse et de le mettre à la portée de tous.