lundi 7 janvier 2019

"Urban Solitude", à la Galerie Depardieu, Nice

Vernissage : jeudi 10 janvier entre 16h et 21h
Exposition : jusqu'au 2 février 2019

LAURENCE BESSAS et N_VR

Laurence Bessas, la sculpture comme une respiration

A la sortie des « Beaux-Arts » Laurence Bessas s’était lancée dans la peinture à la main. Refusant les pinceaux et leurs traces hasardeuses, elle plongeait dans la matière, accumulait les couches de couleur, donnant ainsi naissance à des formes en suspens, à d’étranges silhouettes perdues dans l’espace. Cette petite femme d’apparence fragile avait pourtant l’âme d’un sculpteur et dès qu’elle entreprit la taille directe, cette vocation artistique s’affirma comme une évidence. La pierre et le bois s’imposèrent comme les vecteurs d’une expression que l’on peut qualifier de forte, dense, singulière. Laurence Bessas travaille aujourd’hui le granit, le marbre, le bois, insufflant à la matière un supplément d’âme. Pour elle «Sculpter, c’est projeter dans l’espace son moi qui est mémoire collective et universelle. Sculpter, c’est comme vivre, c’est contracter le temps à chaque respiration». Ses oeuvres sont précisément captivantes parce qu’elles semblent dépasser leurs contours pour gagner un au-delà invisible, imaginaire, multiple. Une façon très personnelle d’imprimer à la pierre ses émotions. Son oeuvre s’inscrit tout naturellement dans ce thème poignant, la déréliction de l’homme perdu dans une sorte de no man’s land. Urban solitude pour tous ceux qui tentent vainement de gagner une terre meilleure, pour tous ceux qui rêvent d’un ailleurs moins désespérant. Les couleurs et les veinures des bois exotiques qu’utilise Laurence Bessas évoquent les chemins tortueux qu’empruntent tous les errants, tous les migrants de la terre. Et l’on suit leur itinéraire en contemplant longuement ces sculptures abstraites, parfois imposantes par leurs dimensions mais donnant toujours à penser les contrastes, les vides, les pleins, les trajectoires. Une réflexion ouverte sur le monde contemporain.
 

Nicole Laffont


 




N_VR “URBAN SOLITUDE”

Urbaines Solitudes, suite photographique de N _ VR

Les solitudes croisées des urbains d'aujourd'hui forment un canevas d'instants de vie que la photographe N _ VR a patiemment rassemblés ici. De Buenos Aires à St Pétersbourg, les grandes métropoles exsudent ce même sentiment chez les humains qui y vivent : ils se sentent minuscules et tout à fait seuls au milieu d'une foule fantasmée à laquelle jamais on ne peut recourir pour sortir de cette solitude.
Chacun, au contraire, est systématiquement et implacablement renvoyé à son statut de minuscule élément d'un processus qui échappe désormais à toute tentative d’humanisation : la grande métropole. Dans la série d'images présentée ici, la photographe s'attache davantage à rendre l'atmosphère qui entoure les humains perdus dans la ville quelle qu'elle soit qu'à montrer des lieux en tant que tels. Les images ne sont jamais mises en scène et très peu retravaillées (quelques recadrages à la marge, rien de plus)

Urbaines Solitudes

Mais de qui sont-ils le nom, ces femmes et ces hommes surpris de dos dans une immobilité fascinante faisant écho aux paysages miroirs vides de toute existence qui s’étendent devant eux comme les reflets de leur humanité suspendue au fol espoir de renaître de ses cendres ? Visages-Paysages dérobés au flux du temps d’où la vie aurait fui vers quelque contrée inconnue d’eux, ultimes rêves éveillés d’une humanité en voie de déliquescence. Il y a là, dans ces silhouettes absorbées par le trou noir de l’objectif de N _ VR, des pulsions de vie que l’on devine en attente d’un je ne sais quoi qui les extrairait de cette stupeur de lave semblant les avoir momifiés à jamais.
Quelles que soient les métropoles, la taille de leur territoire et l’empreinte de celui-ci sur le globe terrestre, ces étendues désertées paraissent toutes offrir le même désarroi, le même reflet du vide de ces vies minuscules prises dans les rets de tentaculaires solitudes urbaines. De Buenos Aires à Saint-Pétersbourg, de Marseille à Bordeaux en passant par Arles, Aix en Provence et Berlin, sourd le même sentiment d’incomplétude générant les mêmes cris rentrés de détresse, toute tentative d’appel étant par avance destinée à ne trouver aucun écho.
De cette mélancolie picturale surgie de quelques failles spatio-temporelles captées - presque - incidemment par la photographe, ressort une inquiétante étrangeté renvoyant à celle ressentie lors de la projection des plans fixes de La Jetée de Chris Marker. Ce sentiment, qui préexistait avant que « la pellicule » ne le révèle, a quelque chose à voir avec le « sentiment océanique » dont parlait si bien Romain Rolland : l’impression fugace d’appartenir à un univers plus grand que soi qui se joue de l’intégrité de chacun en lui tendant le miroir de son absolue solitude.

Yves Kafka (Revue INFERNO)


 






Galerie Depardieu
6 rue du docteur Guidoni
06000 Nice France
Tél. 0 966 890 274
http://www.galerie-depardieu.com




"Tellus" au Centre culturel de Roquefort-les-Pins (06)

Vernissage :  vendredi 11 janvier à 18h30
Exposition :  du 11 janvier au 9 février 2019

JACQUES GODARD, HALA HILMI-HODEIB, et ROLAND KRAUS

TELLUS naît de la rencontre de trois artistes dont les horizons sont complémentaires. Trois tempéraments, trois visions et trois matières pour une seule réflexion sur nos origines.


Genesis-ECF5-644E (2017), pixoplastie

"...afin de fixer l’éternité mouvante dans une forme momentanée, Jacques Godard déstructure l’image numérisée et en redistribue les pixels, explorant (en photographe) de nouveaux univers picturaux..."
Fredérik Brandi

La pixoplastie me permet d'accéder à des univers improbables et poétiques, que je parcours, l'esprit sérendipien, à la recherche de mes pertinences."

Jacques Godard


Cosmiques 1 (1996), photographie argentique cadrée à la prise de vue.


“... Et on pourrait imaginer que ces pierres et cette eau (et toute cette lumière, et toutes ces couleurs) sont ce qu'a vu le premier homme lorsqu'il a ouvert les yeux sur le monde pour la première fois.”
Jean-Claude Pons

“... Le jeu de lumière sur l'eau ou sur la pierre, le clair-obscur pris presque en relief et en gros plan, rend la Nature abstraite, immobile, immuable, éternelle. Le temps semble s'arrêter.”
Nabila Hilmi

Nomade et enfant du monde, photographier c'est pour moi, m'évader,me faire surprendre, dessiner avec la lumière comme le disait Ansel Adams. Une multitude d'escapades solitaires pour s'imprégner de l'esprit du lieu, retrouver l'intime et l'imaginaire, la beauté et l'harmonie. La nature est ma source d'inspiration, elle est refuge et réconfort. Ultime paradoxe, mon eau vitale se nomme la mer Morte !
HALA Hilmi-Hodeib

La bataille a commencé (2018).


... devant les toiles de Roland Kraus, on a parfois le sentiment d’un gouffre effrayant qui s’ouvre en nous, d’une expérience venue du fond des âges, comme surgie du néant … il se produit un phénomène qui, semble-t-il, traverse les millénaires pour arriver jusqu’à nôtre époque … pour nous faire participer à cette expérience étrange et bouleversante qu’est d’entendre le tambour d’un chamane ...

Laszlo Fabian - Budapest 1986 
 
Ma peinture s’inscrit dans le courant de l’expressionnisme abstrait, toute en étant nourrie par la spiritualité orientale et l’imagerie archaïque. Ma prédilection pour la pratique de la gestuelle me permet de me dépasser en un état de transe proche d’une danse sacrée. En effet, seule la synthèse entre Orient et Occident fournit la réponse à mon questionnement spirituel. 

CENTRE CULTUREL
ROUTE DÉPARTEMENTALE 2085
ROQUEFORT-LES-PINS (06330)