mardi 16 octobre 2018

« 20 ans après » au château de Carros

Exposition : du 13 octobre jusqu'au 30 décembre 2018

© Christian Gallo
Ce ne sont pas les trois mousquetaires qui envahissent, vingt ans après, le château de Carros, ils sont beaucoup plus nombreux que cela. En effet le Centre International d’Art Contemporain (CIAC) fête les vingt ans de son installation l’été 1998 dans un château merveilleux mais pas totalement restauré à l’époque.

Très vite se mettent en place des expositions temporaires où l’on retrouve de nombreux artistes de la région. Parmi eux : Adams, Ainsley, Alocco, Andreatta, Androff, Arman, E & I Babilaité, Bataillard, Bauquier, Baviera, Bayard, Beggs, Bennequin, Brandy, Caminiti, Cassarini, César, Challan Belval, Charvolen, Cortese, Crapez, Dupont, Eppelé, Faniest, Farioli, Fernex, Foyé, Gastaud, Gaudet, Goeldlin, Guillonnet, Hasegawa, Hetzel, Hilmi Hodeib, Hunold, Isnard, Jenkins, Jourdanet, Kijno, Klein, Landucci, Lanneau, Laurent, Leroy+Leroy, Madden, Malausséna, Marzuk, Mas, Mendonça, Mérian, Miguel, C & I Monod, Morini, Nalbandian, Nivèse, Pedinielli, Pini, Renouf, Reyboz, Rivello, Rosa, Rossel, Roussil, Salaün, Salicetti, Salkin, Scholtès, Serge III, Sordello, Troin, Verdet, Vernassa, Villeri, Villers, Voliotis, Waller…

Des dizaines d’artistes contemporains vont dans ce décor exceptionnel faire la réputation du CIAC. Les mises en scène de Frédérik Brandy d’une qualité parfaite savent mettre en valeur les œuvres les plus inattendues. Pour cet anniversaire c’est un mélange des photographies des artistes et de leurs œuvres qui est offert au public du samedi 13 octobre (vernissage à 11h30) au 30 décembre prochain.

Pour en savoir plus : http://www.ciac-carros.fr

Christian Gallo – © Le Ficanas ®
https://leficanas.com/2018/

FIGURATION LIBRE à la galerie Eva Vautier

Vernissage : le 19 octobre 2018  à partir de 18h
Exposition : du 20 octobre au 1er décembre 2018

BEN, Jean-Charles Blais, Rémi Blanchard, François Boisrond, Robert Comba, Dix 10, Hervé Di Rosa, Philippe Hortala, Mission Totale, Catherine Viollet



Mouvement pictural du début des années 80, la « Figuration Libre » doit son nom à Ben après une exposition qu’il organisa à Nice en 1981.

Cette nouvelle génération de peintres témoigne avec enthousiasme et désinvolture d’une production non académique, provocante, vitale, énergique, pulsionnelle … qui refuse la théorie, les manifestes et les normes.

Caractérisée par sa liberté, la peinture parle de la société, de la violence, de la sexualité et s’inspire de tout ce qui se rapporte à la culture populaire. C’est un art né dans la rue, dans l’environnement urbain et dans les clubs ; un art rock et punk.

« Libre de quoi ? / Libre de faire laid / Libre de faire sale / […] / Libre de peindre sur n’importe quoi. » Ben, Figuration Libre, 1982.

Plusieurs figures marquantes comme Rémi Blanchard, François Boisrond, Hervé Di Rosa et Robert Combas ont contribué à sa médiatisation.

Ben Vautier, Le Tango Occitan, 1984

Galerie Eva vautier
2 rue vernier
06000 Nice
France

Du mardi au samedi de 14h à 19h

mercredi 19 septembre 2018

AU TNN : partir à l’aventure avec Irina Brook…



Plus nous pénétrons dans l’inconnu, plus il nous semble intense et merveilleux… cette invitation à l’aventure, à la découverte, à une table ouverte à tous les goûts à laquelle nous convie Irina Brook en citant Charles Lindberg dans son début de présentation du programme de la rentrée du TNN de cet automne 2018, nous met vraiment en appétit. Alors qu’elle présente au public en alternance avec Ella Perrier, secrétaire générale, chacun des spectacles accompagnés parfois de petits sketches, en guise de mises en bouche, l’envie de tout déguster s’impose.


Irina Brook  lors de la présentation de la saison 2018-2019 à la presse

Les têtes d'affiche, des stars

La saison commence avec Isabella Rossellini, le 12 et 13 octobre, dans link link, un spectacle irrésistible de drôlerie et d’intelligence sur le monde animal, un petit cirque, où la performeuse, illustre les découvertes sur l’intelligence et les émotions animales. Du cinéma au théâtre, Isabelle Adjani sera là en avril. A vous de découvrir dans quel spectacle…évidemment il s’agit de opening night, une autofiction, où l’artiste se livre avec finesse et intensité ! Retrouver, Ezéquiel Garcia-Romeu et ses marionnettes dans l’exploration poétique d’une société à la dérive, où des petits êtres évoluent dans un univers hi-tech et futuriste, épiés par les caméras, et les satellites.


Parcourir d’autres horizons, avec des one man shows, découvrir la performance réjouissante d’Eva Rami avec t’es toi, ou bien s’émouvoir en suivant un hymne à la vie, d’amour filial avec face à la mère. Choisir la ferveur populaire de stadium où 53 supporters du racing club de Lens montent sur scène pour transmettre leur amour du foot, c’est le pari de Mohamed el Khatib, avec baraque à frites, folklore, parler populaire, hymne du club, un spectacle engagé et décapant. Il y en a en effet pour tous les goûts, suivre une transmission familiale en décalé avec happy birthday sam ! ou bien préférer une ode mystique à la nature avec françois d’asssise interprété par Robert Bouvier.

Répertoire classique, adaptation, ou très classique … et Shakespeare.

Pour débuter cette série une mise en scène très classique du Malade imaginaire, avec Michel Didym, puis des versions revisitées de bouvard et pécuchet, la dame aux camélias, le chant du cygne.
Shakespeare, dans le cadre Shake Nice, des collégiens et lycéens investissent trois de ses pièces le 23 mars : shakespeare freestyle, édition 2019, et le festival se poursuit avec une variation d’après hamlet, une adaptation de Cyril Cotinaut, hamlet requiem et une création d’Irina Brook dans la grande salle de roméo et juliette, présentation épurée et décapante, dans une lecture moderne et populaire. Une autre création du TNN, lear, adaptation de Renato Giuliani, et puis le marchand de venise, et en final l’impertinent cheeky shakespeare. Le grand cycle classique se termine avec Alfred de Musset, on ne badine pas avec l’amour, avec touches féministes de Georges Sand, conception Eva Doumbia.

Des moments joyeux pour grands et petits avec le festival génération Zen 

La programmation vacances Zen famille, toujours très appréciée, avec des merveilles circassiennes, des souvenirs de l’enfance à l’adolescence avec J’ai trop peur, un moment poétique petit bain ou la 5ème comédie jardinière de Thierry Vincent, et puis des musiciens, clowns, concert, marionnettes d’après trois contes de Grimm, autant de moments de partage, de plaisir en famille.

Le programme ne s’arrête pas là, des textes pour réveiller 

Le journal d’un policier polonais : calek, puis le texte magnifique de Antoine Leiris : vous n’aurez pas ma haine. Dans un autre genre peut être le meilleur spectacle de l’année / GRANDE, cirque contemporain/music-hall, un duo d’équilibristes raconte la vie et le couple avec une grande drôlerie.

Comme vous le sentez, la nouvelle saison est une invitation à libre dégustation, ouverte à tous les goûts, au plaisir et comme le précise Irina Brook, se divertir, c’est aussi s’asseoir dans une salle de représentation pour rester debout. C’est le message que transmet cette programmation d’une quarantaine de spectacles, dont vous n’avez ici qu’une ébauche. Se divertir c’est aussi regarder un spectacle pour ne pas perdre de vue que l’on est humain, et pour avoir une aventure de vie en commun au TNN.

Brigitte Chéry le 13 septembre 2018

Photo copyright : Béatrice Heyligers

Voir le programme complet, et les conditions de réservations, abonnement, la carte impro, la réservation à l’unité, garde d’enfants, transport en commun, tramway, bus, restaurant TNN.

TNN : 0493130090
direction Irina Brook
Promenade des arts 06000 NICE